Recherche

L'actu des Business Angels

présentée par France Angels

Catégorie

Nos articles de fond

International Cleantech Week du 19 au 24 juin à Annecy

Du 19 au 24 juin prochain aura lieu au bord du lac d’Annecy la première édition de l’INTERNATIONAL CLEANTECH WEEK, événement hors du commun et novateur pour envisager autrement le monde de demain.

Résolument riche et source d’échanges et de découvertes, cette semaine internationale des Technologies Vertes se veut à la fois populaire et pointue. Elle réunira ainsi grand public et scolaires notamment aux côtés de start-ups référentes dans ce domaine et grandes sociétés engagées dans ces « Innovations vertes ».

Lire la suite

Publicités

Adeline Gonnord rejoint l’équipe de Alumi Business Angels

Adeline a rejoint Alumni Business Angels début 2018 en tant qu’animatrice de réseau

Forte de plusieurs expériences en Private Equity, en tant que chargée d’investissement chez Entrepreneur Venture et Naxicap, et en M&A, Adeline apporte son expertise dans la qualification du deal flow.

Adeline est diplômée de l’ESEMAP, Master Banque Finance Assurance, spécialité Gestion de Patrimoine des Entreprises.

Sophia Business Angels fête ses 15 ans !

 

Basé sur la technopole de Sophia Antipolis Le club Sophia Business Angels (SBA) fête aujourd’hui ses 15 ans d’existence. Créé par Edgardo da Fonseca à l’initiative du Sénateur Pierre Laffitte, le club a investi depuis cette date 30 millions d’euros dans une centaine de sociétés françaises mais également étrangères.

Avec une quarantaine de membres de 17 nationalités différentes, SBA peut se prévaloir d’une spécificité unique en termes de réseaux à l’international, comme l’attestent les nombreuses actions initiées par Candace Johnson, actuelle Présidente de European Business Angels Networks, qui ont permis la création de réseaux de business angels en Afrique, au Moyen Orient et en Inde.

Réseaux qui, à leur tour, viennent enrichir le panel des investisseurs, coaches et jurés de ses désormais célèbres « International Venture Academies » qui, depuis juin 2010, ont mobilisé près de 400 coaches et 30 key-note speakers de dimension internationale, et permis de financer ou accompagner près de 140 projets.

Avec l’organisation d’autres évènements tels que la Start-up Factory crée par Dominique Pouliquen et destinée aux projets très early stage, SBA s’appuie sur de nombreux partenaires régionaux tels que la Fondation Sophia Antipolis, la CCI, les pôles de compétitivité, incubateurs et pépinières, et très récemment THE CAMP à Aix en Provence.

Lire la suite

Séance de pitch exceptionnelle organisée par Paris Business Angels sur l’IA

Les membres de Paris Business Angels ont participé le 21 mars dernier à une séance de présentation exceptionnelle sur le sujet passionnant de lIntelligence Artificielle !

Hamza Didaraly, membre de Paris Business Angels et expert en Intelligence Artificielle, a présenté les principaux aspects et les perspectives de cette révolution technologique. Cette présentation a ensuite été illustrée par les pitchs de startup du secteur !

 

Le Fundtruck repart sur les routes cet été !

AVIS DE PASSAGE, le camion du financement va reprendre la route pour la quatrième année consécutive. Le Fundtruck vise à promouvoir l’entrepreneuriat et accroitre la visibilité des jeunes entreprises françaises les plus innovantes. Le concept est simple des entrepreneurs montent à bord d’un food truck pour rencontrer les membres de l’écosystème.

Investisseurs, entrepreneurs, médias… Toutes les personnes qui soutiennent les initiatives françaises ambitieuses se retrouvent lors du passage du Fundtruck.

L’événement se déroule sous la forme de plusieurs concours régionaux et d’une grande finale nationale avec un seul grand vainqueur mais autant de gagnants que de participants.

Lire la suite

Med-eShare lève des fonds avec Femmes Business Angels

Med-eShare s’adresse aux médecins désireux de prendre en main la gestion de leur patientèle. Grâce à leur suite logicielle vous gérez votre cabinet et les dossiers de vos patients gratuitement, librement, et en toute confidentialité. Les personnes utilisant ce logiciel gratuit peuvent accéder à leurs informations partout et à tout moment.

Découvrez la société 

 

Femmes Business Angels est l’unique réseau féminin de BA en France et premier réseau en Europe. Il réunit 150 femmes qui investissent individuellement et accompagnent des start-up en développement, portées par des hommes ou des femmes. Les investisseuses de FBA s’intéressent à un large éventail d’activités et de secteurs afin de favoriser l’émergence de start-up innovantes et à potentiel. FBA encourage les femmes à jouer un rôle actif dans la création d’entreprise. C’est avec cet objectif que FBA a créé en 2017 le premier forum de l’investissement au féminin WINDAY.

Année record pour Club Invest IDF !

Club Invest DF a investi plus d’un million d’euros dans des start-up en 2017. Un record pour le club qui a soutenu une soixantaine d’entreprises depuis sa création. Après 17 ans d’activité, Club Invest IDF, le réseau basé en Seine-et-Marne a signé sa meilleure année d’investissements en 2017 en soutenant le développement de douze start-up.
Les investissements réalisés en 2017 couvrent des domaines variés :

  • l’industrie,
  •  le commerce alimentaire et d’habillement,
  • le design,
  • les services internet et marketing.

Lire la suite

Audencia BS lance sa Chaire « Finance pour l’innovation » le 5 Avril prochain à Paris

L’écosystème de l’innovation devient de plus en plus complexe et évolue très vite en raison des avancées techniques, légales, des différents changements dans le comportement des investisseurs ainsi que des nouveaux besoins technologiques dans entreprises.

En conséquence de nouvelles approches de financement de l’innovation apparaissent, se développent et s’éteignent. Dans le but de comprendre ces nouveaux enjeux, Audencia Business School lance avec l’aide de ses partenaires la Chaire Finance pour l’innovation

Lire la suite

Carbookr lève 360k€ aux cotés de Provence Business Angels

Fondée en Janvier 2017 par Nicolas JOB, Carbookr.com est LA plateforme de location de voiture dédiée aux voyageurs d’affaires et aux entreprises qui a l’ambition de bâtir le plus grand réseau de loueurs pour professionnels… où qu’ils aillent dans le monde. En 1 an et avec une offre de 10 000 véhicules et 160 agences sur le territoire national, CARBOOKR développe son réseau et ses services sur le marché français à vitesse grand V.
CARBOOKR satisfait un portefeuille de 400 clients essentiellement TPE et PME/PMI, en leur proposant des tarifs sans suppléments ni surcharges et une livraison des véhicules par voiturier sur les gares et aéroports.
Afin de supporter sa croissance, CARBOOKR vient de finaliser un tour de table de 360 000€ auprès de PROVENCE BUSINESS ANGELS, PFACTORY, PACA EMERGENCE et d’investisseurs privés du marché de la location de véhicules.
Cette augmentation de capital va permettre à l’entreprise de doubler son réseau d’ici la fin d’année 2018 et d’accélérer son acquisition client par l’extension nationale de sa force de vente.
« Nous globalisons les offres loueurs sur une seule et même plateforme afin de maintenir un prix compétitif à tout moment. Nous rétablissons le tarif juste et sans suppléments pour la maitrise de vos budgets déplacements. Nous imposons un service Premium pour le confort de tous les voyageurs avec notamment nos services de voituriers et de conciergerie » Nicolas JOB CEO.

Finistère Angels fête ses dix ans !

Finistère Angels a été créée en 2008. Ce club d’investisseurs  regroupe aujourd’hui soixante-cinq membres. Finistère Angels investi dans des projets variés et innovants,  on trouve par exemple Eolink, une entreprise conceptrice d’une éolienne flottante. Toad, à Quimper, qui distribue du matériel sportif high-tech. Back qui ouvre des bars connectés à Brest. Au total, douze projets ont fait l’objet d’une levée de fonds en 2017. Finistère Angels a investi 1,4 million d’euros cette même année

Ce dixième anniversaire apporte son lot de changements au sein du réseau. Émile Bihan remplace Christophe Bapst au poste de président. Il a commencé sa carrière chez Ericsson Brest, dans les années 1970. Ensuite, il s’est lancé dans l’éolien industriel terrestre, puis dans les énergies marines. Entre 2010 et 2015, il a été élu conseiller régional de Bretagne, vice-président de la commission économie. « J’avais déjà essayé de lancer une structure pour investir dans les projets locaux dans les années 1990, mais elle était trop petite pour être pérenne. Avec Finistère Angels, nous avons une véritable force de frappe », se félicite-t-il.

La start-up Gemmyo a ouvert un « pop-up store » au Printemps d’où il est possible de repartir avec son bijou.

La start-up Gemmyo accompagnée par Paris Business Angels qui vous permet de commander des bijoux sur-mesure sur internet franchit une nouvelle étape de son développement

Lire la suite

L’Edito de Février 2018

Chers lecteurs,

Ce début d’année a été très animé pour les Business Angels. Nous nous sommes mobilisés durant le mois de Janvier pour porter haut et fort la voix des Business Angels auprès du législateur dans la consultation publique de la loi PACTE qui s’est clôturée le 05 février dernier. France Angels a formulé un ensemble de propositions et est devenu le premier contributeur dans la catégorie « financer » , après le gouvernement . Je tiens à remercier tous les Business Angels, animateurs de réseaux, partenaires et acteurs de l’écosystème qui nous ont soutenus durant cette consultation. Les mesures que nous avons proposé  prônent notamment la reconnaissance d’utilité publique de l’action des Business Angels, un rééquilibrage en faveur de l’investissement privé dans les PME innovantes et la mise en place en place de mesures réglementaires et fiscales en faveur de celui-ci. Les 50 meilleurs contributeurs seront auditionnés par Bercy dans les semaines à venir. Affaire à suivre…

Lire la suite

MOOVJEE lance son club d’investissement « MOOVJEE Angels » et rejoint France Angels

Le Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs (MOOVJEE) devient le premier réseau d’accompagnement à se doter d’un club de Business Angels, « Le Moovjee Angels », dont les bénéficiaires seront exclusivement des jeunes en cours d’accompagnement depuis au moins 6 mois ou des alumnis Moovjee. Moovjee Angels devient réseau membre associé de France Angels

Yoann Hébert, fondateur de Netapsys et Mentor au Moovjee depuis la création de l’association, prend la Présidence de ce club d’investisseurs composé exclusivement de chefs d’entreprise mentors engagés pour le Mouvement.

Lire la suite

Lancement réussi du France Angels Tour 2018 !

Le mercredi 13 février s’est déroulé dans le siège du MEDEF le lancement du France Angels Tours 2018 avec comme première étape : Paris. Retour sur cet événement exceptionnel.

Le France Angels tour de Paris a attiré près de 150 personnes autour de l’investissement dans les PME innovantes. L’ensemble de la conférence a été animée par Cyrille Lachèvre, journaliste à l’opinion.

Cette première étape a été inaugurée par un mot d’introduction du Thibault Lanxade Vice-président du MEDEF en charge des TPE-PME, de Béatrice Belorgey Directeur de BNP Paribas Banque Privée ainsi que Tanguy de la Fouchardière, Président de France Angels.

1

Lire la suite

Paris Business Angels cède sa pépite Cheerz

La startup spécialiste de l’impression photo français passe sous pavillon allemand avec l’entrée à son capital -à hauteur de 80%- du groupe Cewe, géant européen du tirage photo et permet aux investisseurs de Paris Business Angels de réaliser une belle sortie

Lire la suite

Les due diligences des business angels : combien de temps y consacrer ?

Tous les business angels connaissent les due diligences  : elles consistent à étudier le projet d’un entrepreneur avant de décider d’investir. Mais quel est le juste milieu entre investir 100 K€ sur un coup de cœur après un elevator pitch[1] de cinq minutes et y consacrer six mois d’investigations approfondies? Quelles sont les pratiques et sont-elles rentables ?

Telles sont les questions auxquelles a souhaité répondre l’Angel Resource Institute, une association partenaire de l’Angel Capital Association (la fédération américaine des angels investors[2]) en charge de la formation des business angels. En 2007, elle a confié à deux universitaires, Robert Wiltbank et Warren Boeker, le soin de diligenter une étude[3] auprès des business angels américains pour y répondre.

Leur étude a duré un an. Elle a porté sur 1137 investissements effectués par 539 business angels membres de 86 réseaux différents, tous nord-américains. Elle consistait en un questionnaire auquel chaque business angel volontaire répondait.

Il était demandé à chaque business angel le nombre d’heures de due diligences qu’il avait consacré à chacun des investissements objets de l’étude. Il était également demandé pour chaque investissement le montant investi et le montant obtenu lors de la sortie.

L’étude fait ressortir un temps médian de due diligences d’environ 20 heures. Il est donc consacré moins de 20 heures de due diligences par dossier à la première moitié des investissements étudiés, plus de 20 heures par dossier à la seconde moitié.

Mais le temps d’étude moyen est de 60 heures. Un nombre important de business angels consacre donc un temps aux due diligences très nettement supérieur à 20 heures. La limite du quartile supérieur est de 40 heures : un quart des investissements bénéficient de plus de 40 heures de due diligences.

Mais ce temps consacré est-il rentable ? Ou encore, les dossiers étudiés en détails dégagent-ils une meilleure rentabilité que les dossiers moins étudiés ?

La rentabilité des dossiers est évaluée dans l’étude par le multiple de l’investissement. Le multiple est le total des sommes reçues d’un investissement divisé par le total des sommes versées à l’investissement. Par exemple, un business angel investit 10 000 euros dans un projet. Lors de la sortie, il revend ses actions 50 000 euros. Le multiple obtenu est de 50 000 / 10 000 = 5. Il est noté 5X.

Pour rechercher une éventuelle corrélation entre le temps de due diligence et le multiple, les chercheurs ont divisé l’échantillon des dossiers étudiés en deux groupes suivant la médiane du temps de due diligence : les dossiers avec moins de 20 heures de due diligence et ceux avec plus de 20 heures. Ils ont également divisé l’échantillon des différents multiples en plusieurs tranches. Puis ils ont dénombré pour chaque tranche de multiples le nombre de dossiers avec plus de 20 heures et ceux avec moins de 20 heures.

Ils ont présenté leurs résultats dans le graphique ci-dessous. Les multiples sont présentés en abscisses et le pourcentage de dossiers concernés en ordonnée. Les dossiers avec des due diligences de moins de 20 heures sont présentés en bleu (faibles due diligences), ceux avec plus de 20 heures en vert (fortes due diligences).

due dilligence

 

Source : R. Wiltbank, W. Boeker, Returns to Angel Investors in Groups, op. cit.

Les deux barres d’histogrammes à l’extrémité gauche montrent que plus de 60% des dossiers à faibles due diligences ont dégagé un multiple inférieur à 1, synonyme de perte. Or seulement 40% des dossiers à fortes due diligences ont retourné des pertes.

A l’extrémité droite du graphique, un peu moins de 10% des dossiers à fortes due diligences ont retourné un multiple supérieur à 30. Aucun dossier à faibles due diligences n’a retourné un tel multiple.

Les chercheurs ont également calculé les moyennes des multiples selon le temps de due diligences. Les dossiers à faibles due diligences dégagent en moyenne un multiple de 1.1X ; ceux à fortes due diligences un multiple de 5.9X.

Les chercheurs concluent donc à une forte corrélation. Les dossiers avec plus de 20 heures de due diligences dégagent en moyenne une rentabilité plus de 5 fois supérieure à celle des dossiers à faibles due diligences.

Les statistiques du premier quartile accentuent encore le phénomène : le premier quartile regroupe les dossiers auxquels plus de 40 heures de due diligences ont été consacrées. Ils ont dégagé un multiple moyen de 7.1X, soit environ 6.5 fois plus que les dossiers à moins de 20 heures de due diligences.

Ces statistiques portent sur l’activité des business angels. Les business angels sont des personnes physiques qui investissent leurs propres fonds. Ils exercent cette activité de manière accessoire et n’en tirent pas leur principale source de revenus. Il peut donc être intéressant de comparer leur activité à celle des investisseurs en capital professionnels, qui gèrent les fonds d’autrui et les investissent dans des startups non cotées.

Une étude récente de Gompers, Gornall, Kaplan et Strebulaev (2016)[4] porte sur les pratiques des professionnels de la gestion de fonds de capital investissement. 889 investisseurs ont accepté de répondre aux questions de l’étude, notamment sur la durée qu’ils consacrent aux due diligences. L’étude ne permet toutefois pas de rapprocher le temps de due diligence à la rentabilité obtenue de l’investissement concerné.

Le temps moyen des due diligences s’élève à 118 heures par dossier, mais avec parfois de fortes disparités au sein de la population étudiée. Par exemple, les pratiques de temps de due diligences varient en fonction de l’emplacement géographique de l’investisseur. Les californiens y consacrent en moyenne 81 heures contre environ 130 dans le reste des Etats-Unis et dans les bureaux situés hors USA.

Les pratiques divergent aussi en fonction du secteur d’activité de l’investissement. Le temps moyen de due diligence est de 120 heures dans le secteur de la santé et des biotechnologies, contre 76 heures dans les technologies de l’information.

La plus forte disparité est fonction du stade de développement de l’entreprise. Les investissements dans des entreprises en amorçage font apparaître un temps de due diligence moyen de 81 heures, contre 184 heures pour les entreprises au stade du développement.

Conclusion : la bonne pratique serait de consacrer au moins 40 heures aux due diligences

On retiendra qu’en passant 40 heures et plus aux due diligences d’un dossier, on multiplie par 6.5 la rentabilité moyenne par rapport aux dossiers auxquels moins de 20 heures sont consacrées. La bonne pratique serait donc de consacrer au moins 40 heures par dossier, à se répartir éventuellement entre plusieurs business angels et conseils, soit une semaine de travail en tout. Les investisseurs professionnels y consacrent deux à trois fois plus de temps, selon les dossiers (2 à 3 semaines).

Mais le temps de due diligence n’est évidemment pas le seul facteur pour assurer le succès des dossiers sélectionnés. Wiltbank et Boeker (2007) démontrent que le suivi de l’investissement est également primordial. Les business angels qui sont en contact 1 à 2 fois par an avec l’entrepreneur dégagent un multiple moyen de 1.3X. Ceux qui ont un contact de 1 à 2 fois par mois dégagent un multiple moyen de 3.7X.

Ces statistiques présentent toutefois un biais important pour conclure définitivement : elles ne mesurent que l’aspect quantitatif, nombre d’heures de due diligences ou nombre de contacts. Les aspects qualitatifs et les méthodes utilisées ne sont pas étudiés. Intuitivement, on pressent que leur influence doit être majeure. La voie est ouverte à d’autres études qui dégageraient les méthodes les plus pertinentes.

 

Olivier Lion
Ouest Angels
12 janvier 2018

[1] Un elevator pitch est une presentation orale de quelques minutes d’un projet d’entreprise à des investisseurs

[2] Business angel en français se traduit en anglais américain par ‘angel investor’

[3] WILTBANK Robert, BOEKER Warren, Returns to Angel Investors in Groups, Willamette University – Atkinson Graduate School of Management, University of Washington – Center for Innovation and Entrepreneurship, November 1, 2007
Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=1028592

[4] GOMPERS, Paul A. and GORNALL, Will and KAPLAN, Steven N. and STREBULAEV, Ilya A., How Do Venture Capitalists Make Decisions?, (August 1, 2016), Stanford University Graduate School of Business Research Paper No. 16-33; European Corporate Governance Institute (ECGI) – Finance Working Paper No. 477/2016
Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=2801385

L’Edito de Janvier 2018

Chers lecteurs,

La fin d’année 2017 a été marquée par l’adoption de la loi de finance 2018. Les nouvelles dispositions ont malheureusement comme effet de ne plus encourager l’investissement des particuliers dans le capital des start-up. La suppression de l’ISF-PME et la faible augmentation du taux de l’IR-PME, restreint dans le plafond général des déductions, vont provoquer un vide certain en 2018 pour les entreprises en démarrage.

Nous ne nous laissons pas décourager et continuons à porter la voix des Business Angels à l’occasion des débats de la loi PACTE. Nous avons notamment participé au « Grand rendez-vous de l’investissement productif » organisé le 22 janvier à l’Assemblée Nationale qui avait pour but de susciter des idées pour mieux accompagner les PME. Puisque nos gouvernants cherchent de nouveaux produits à proposer aux épargnants par les banques, sociétés d’assurances et conseils en gestion de patrimoine, nous avons rappelé que les Business Angels sont par eux-mêmes un produit qui répond depuis longtemps à ces objectifs.

Lire la suite

KAZoART lève 600.000 € et recrute pour investir le marché de l’art européen

Lancé en septembre dernier, ce second tour de table financier a permis à KAZoART de lever 600.000 € en moins de quatre mois. La plateforme de vente d’art en ligne, créée à Paris en 2015, est venue s’installer à Bordeaux un an plus tard à l’initiative de sa fondatrice et directrice générale, Mathilde Le Roy. Accompagnée à son arrivée par Héméra, elle a déjà levé 300.000 € en 2016 auprès de business angels tels qu’Arts et métier Business Angels  et de Bpifrance.

Ces nouveaux fonds donnent de la visibilité à KAZoART qui, trois ans après son lancement, a réussi à se faire une place sur le marché en ligne de la vente directe d’œuvres entre artistes et amateurs d’art. L’entreprise emploie désormais 6 personnes pour « un chiffre d’affaires qui a triplé chaque année pour atteindre quelques centaines de milliers d’euros en 2017 », confie Mathilde Le Roy. La dirigeante espère maintenir un rythme de croissance similaire voire supérieure dans les deux ans qui viennent. Lors de sa création, KAZoART visait un chiffre d’affaires de 5 M€ à l’horizon 2018.

 

La jeune pousse de court-voiturage Citygoo lève 800.000 euros

La jeune pousse de covoiturage instantané Citygoo a annoncé avoir levé 800.000 euros auprès de 7 investisseurs.

Cette levée de fonds de 800.000 – auprès notamment de Day One Entrepreneurs & Partners, le Club Invest Ile-de-France, le Groupe Invetessor ou encore le club des Business Angels des Grandes Ecoles – est donc « une levée intermédiaire, pour conforter les excellents résultats obtenus à date et enclencher une levée de 5 à 10 M€ auprès de fonds d’investissement fin 2018 », explique la jeune pousse.

L’application Citygoo a été développée par Patrick Robinson Clough et Eric Feuerstein en 2014. Elle utilise un système de « matching » ainsi qu’un algorithme d’intelligence artificielle qui anticipe les déplacements des utilisateurs.

Spartan lève 1 million d’euros pour s’attaquer au marché américain

La start-up Spartan, qui a conçu un boxer pour se protéger des ondes dégagées par les téléphones et le WiFi, a bouclé un tour de table d’un million d’euros. L’opération se décompose en deux parties.

D’un côté, Bpifrance, l’accélérateur francilien Wilco (ex-Scientipôle) ainsi que des business angels issus des réseaux de l’ESCP, de l’INSEAD et de HEC Paris, mais dont l’identité n’a pas été dévoilée, sont entrés au capital de Spartan. De l’autre, le grand public a pu complété l’opération via la plateforme de crowdfunding Sowefund. Ce n’est pas la première fois que la start-up se tourne vers le financement participatif pour récolter des fonds. En janvier 2016, elle avait ainsi réalisé une campagne de crowdfunding pour lancer une première production de ses boxers. Par ailleurs, la société avait bouclé un tour de table de 500 000 euros sur Sowefund en juillet dernier.

Ce financement doit permettre à Spartan de poursuivre son accélération à l’international. Annoncé l’an passé, le bureau américain de la start-up est sur le point d’être opérationnel à New York. Dans le même temps, la société a l’intention d’étendre sa gamme de boxers anti-ondes en lançant de nouvelles collections et en intégrant de nouvelles innovations. Pour appuyer son développement, Spartan va renforcer ses effectifs d’ici fin 2018.

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑