Recherche

L'actu des Business Angels

présentée par France Angels

Catégorie

Nos articles de fond

Les due diligences des business angels : combien de temps y consacrer ?

Tous les business angels connaissent les due diligences  : elles consistent à étudier le projet d’un entrepreneur avant de décider d’investir. Mais quel est le juste milieu entre investir 100 K€ sur un coup de cœur après un elevator pitch[1] de cinq minutes et y consacrer six mois d’investigations approfondies? Quelles sont les pratiques et sont-elles rentables ?

Telles sont les questions auxquelles a souhaité répondre l’Angel Resource Institute, une association partenaire de l’Angel Capital Association (la fédération américaine des angels investors[2]) en charge de la formation des business angels. En 2007, elle a confié à deux universitaires, Robert Wiltbank et Warren Boeker, le soin de diligenter une étude[3] auprès des business angels américains pour y répondre.

Leur étude a duré un an. Elle a porté sur 1137 investissements effectués par 539 business angels membres de 86 réseaux différents, tous nord-américains. Elle consistait en un questionnaire auquel chaque business angel volontaire répondait.

Il était demandé à chaque business angel le nombre d’heures de due diligences qu’il avait consacré à chacun des investissements objets de l’étude. Il était également demandé pour chaque investissement le montant investi et le montant obtenu lors de la sortie.

L’étude fait ressortir un temps médian de due diligences d’environ 20 heures. Il est donc consacré moins de 20 heures de due diligences par dossier à la première moitié des investissements étudiés, plus de 20 heures par dossier à la seconde moitié.

Mais le temps d’étude moyen est de 60 heures. Un nombre important de business angels consacre donc un temps aux due diligences très nettement supérieur à 20 heures. La limite du quartile supérieur est de 40 heures : un quart des investissements bénéficient de plus de 40 heures de due diligences.

Mais ce temps consacré est-il rentable ? Ou encore, les dossiers étudiés en détails dégagent-ils une meilleure rentabilité que les dossiers moins étudiés ?

La rentabilité des dossiers est évaluée dans l’étude par le multiple de l’investissement. Le multiple est le total des sommes reçues d’un investissement divisé par le total des sommes versées à l’investissement. Par exemple, un business angel investit 10 000 euros dans un projet. Lors de la sortie, il revend ses actions 50 000 euros. Le multiple obtenu est de 50 000 / 10 000 = 5. Il est noté 5X.

Pour rechercher une éventuelle corrélation entre le temps de due diligence et le multiple, les chercheurs ont divisé l’échantillon des dossiers étudiés en deux groupes suivant la médiane du temps de due diligence : les dossiers avec moins de 20 heures de due diligence et ceux avec plus de 20 heures. Ils ont également divisé l’échantillon des différents multiples en plusieurs tranches. Puis ils ont dénombré pour chaque tranche de multiples le nombre de dossiers avec plus de 20 heures et ceux avec moins de 20 heures.

Ils ont présenté leurs résultats dans le graphique ci-dessous. Les multiples sont présentés en abscisses et le pourcentage de dossiers concernés en ordonnée. Les dossiers avec des due diligences de moins de 20 heures sont présentés en bleu (faibles due diligences), ceux avec plus de 20 heures en vert (fortes due diligences).

due dilligence

 

Source : R. Wiltbank, W. Boeker, Returns to Angel Investors in Groups, op. cit.

Les deux barres d’histogrammes à l’extrémité gauche montrent que plus de 60% des dossiers à faibles due diligences ont dégagé un multiple inférieur à 1, synonyme de perte. Or seulement 40% des dossiers à fortes due diligences ont retourné des pertes.

A l’extrémité droite du graphique, un peu moins de 10% des dossiers à fortes due diligences ont retourné un multiple supérieur à 30. Aucun dossier à faibles due diligences n’a retourné un tel multiple.

Les chercheurs ont également calculé les moyennes des multiples selon le temps de due diligences. Les dossiers à faibles due diligences dégagent en moyenne un multiple de 1.1X ; ceux à fortes due diligences un multiple de 5.9X.

Les chercheurs concluent donc à une forte corrélation. Les dossiers avec plus de 20 heures de due diligences dégagent en moyenne une rentabilité plus de 5 fois supérieure à celle des dossiers à faibles due diligences.

Les statistiques du premier quartile accentuent encore le phénomène : le premier quartile regroupe les dossiers auxquels plus de 40 heures de due diligences ont été consacrées. Ils ont dégagé un multiple moyen de 7.1X, soit environ 6.5 fois plus que les dossiers à moins de 20 heures de due diligences.

Ces statistiques portent sur l’activité des business angels. Les business angels sont des personnes physiques qui investissent leurs propres fonds. Ils exercent cette activité de manière accessoire et n’en tirent pas leur principale source de revenus. Il peut donc être intéressant de comparer leur activité à celle des investisseurs en capital professionnels, qui gèrent les fonds d’autrui et les investissent dans des startups non cotées.

Une étude récente de Gompers, Gornall, Kaplan et Strebulaev (2016)[4] porte sur les pratiques des professionnels de la gestion de fonds de capital investissement. 889 investisseurs ont accepté de répondre aux questions de l’étude, notamment sur la durée qu’ils consacrent aux due diligences. L’étude ne permet toutefois pas de rapprocher le temps de due diligence à la rentabilité obtenue de l’investissement concerné.

Le temps moyen des due diligences s’élève à 118 heures par dossier, mais avec parfois de fortes disparités au sein de la population étudiée. Par exemple, les pratiques de temps de due diligences varient en fonction de l’emplacement géographique de l’investisseur. Les californiens y consacrent en moyenne 81 heures contre environ 130 dans le reste des Etats-Unis et dans les bureaux situés hors USA.

Les pratiques divergent aussi en fonction du secteur d’activité de l’investissement. Le temps moyen de due diligence est de 120 heures dans le secteur de la santé et des biotechnologies, contre 76 heures dans les technologies de l’information.

La plus forte disparité est fonction du stade de développement de l’entreprise. Les investissements dans des entreprises en amorçage font apparaître un temps de due diligence moyen de 81 heures, contre 184 heures pour les entreprises au stade du développement.

Conclusion : la bonne pratique serait de consacrer au moins 40 heures aux due diligences

On retiendra qu’en passant 40 heures et plus aux due diligences d’un dossier, on multiplie par 6.5 la rentabilité moyenne par rapport aux dossiers auxquels moins de 20 heures sont consacrées. La bonne pratique serait donc de consacrer au moins 40 heures par dossier, à se répartir éventuellement entre plusieurs business angels et conseils, soit une semaine de travail en tout. Les investisseurs professionnels y consacrent deux à trois fois plus de temps, selon les dossiers (2 à 3 semaines).

Mais le temps de due diligence n’est évidemment pas le seul facteur pour assurer le succès des dossiers sélectionnés. Wiltbank et Boeker (2007) démontrent que le suivi de l’investissement est également primordial. Les business angels qui sont en contact 1 à 2 fois par an avec l’entrepreneur dégagent un multiple moyen de 1.3X. Ceux qui ont un contact de 1 à 2 fois par mois dégagent un multiple moyen de 3.7X.

Ces statistiques présentent toutefois un biais important pour conclure définitivement : elles ne mesurent que l’aspect quantitatif, nombre d’heures de due diligences ou nombre de contacts. Les aspects qualitatifs et les méthodes utilisées ne sont pas étudiés. Intuitivement, on pressent que leur influence doit être majeure. La voie est ouverte à d’autres études qui dégageraient les méthodes les plus pertinentes.

 

Olivier Lion
Ouest Angels
12 janvier 2018

[1] Un elevator pitch est une presentation orale de quelques minutes d’un projet d’entreprise à des investisseurs

[2] Business angel en français se traduit en anglais américain par ‘angel investor’

[3] WILTBANK Robert, BOEKER Warren, Returns to Angel Investors in Groups, Willamette University – Atkinson Graduate School of Management, University of Washington – Center for Innovation and Entrepreneurship, November 1, 2007
Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=1028592

[4] GOMPERS, Paul A. and GORNALL, Will and KAPLAN, Steven N. and STREBULAEV, Ilya A., How Do Venture Capitalists Make Decisions?, (August 1, 2016), Stanford University Graduate School of Business Research Paper No. 16-33; European Corporate Governance Institute (ECGI) – Finance Working Paper No. 477/2016
Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=2801385

Publicités

L’Edito de Janvier 2018

Chers lecteurs,

La fin d’année 2017 a été marquée par l’adoption de la loi de finance 2018. Les nouvelles dispositions ont malheureusement comme effet de ne plus encourager l’investissement des particuliers dans le capital des start-up. La suppression de l’ISF-PME et la faible augmentation du taux de l’IR-PME, restreint dans le plafond général des déductions, vont provoquer un vide certain en 2018 pour les entreprises en démarrage.

Nous ne nous laissons pas décourager et continuons à porter la voix des Business Angels à l’occasion des débats de la loi PACTE. Nous avons notamment participé au « Grand rendez-vous de l’investissement productif » organisé le 22 janvier à l’Assemblée Nationale qui avait pour but de susciter des idées pour mieux accompagner les PME. Puisque nos gouvernants cherchent de nouveaux produits à proposer aux épargnants par les banques, sociétés d’assurances et conseils en gestion de patrimoine, nous avons rappelé que les Business Angels sont par eux-mêmes un produit qui répond depuis longtemps à ces objectifs.

 

Nous contribuons à la consultation de la loi PACTE en présentant des mesures simples et au coût fiscal négligeable :

  • accorder à FRANCE ANGELS la Reconnaissance d’Utilité Publique et déclarer « d’intérêt général » l’objet des associations de Business Angels
  • permettre le regroupement des investisseurs individuels au sein de Sociétés En Participation (SEP), dans le cadre fiscal de l’actuel IR-PME
  • faciliter le regroupement des investisseurs individuels dans des Sociétés d’Investissement de Business Angels en modifiant la loi de transposition de la directive AIFM pour créer
    • 1/ une procédure d’agrément allégée pour les acteurs de petite taille
    • 2/ une nouvelle définition des « investisseurs avertis » comprenant les personnes optant volontairement pour ce statut dans le cadre de cette classe d’actifs ou des personnes possédant un patrimoine suffisant ou percevant des revenus significatifs
  • pour le PEA-PME, supprimer le recours obligatoire à un établissement financier teneur de compte en adoptant un mode déclaratif de gestion des titres
  • permettre la souscription d’actions de préférence, d’O.C, d’O.R.A et de B.S.A. de sociétés non cotées et leur détention dans des PEA-PME

Ces mesures sont cruciales pour soutenir l’investissement des Business Angels dans les start-up françaises. Les Business Angels sont les premiers partenaires privés de ces jeunes pousses et les accompagnent gratuitement tout au long de leur démarrage (et bien souvent au-delà).

N’hésitez pas à soutenir les contributions de France Angels à la loi PACTE (la démarche à suivre sur ce lien)

Bien à vous,

 

Tanguy de La Fouchardière

KAZoART lève 600.000 € et recrute pour investir le marché de l’art européen

Lancé en septembre dernier, ce second tour de table financier a permis à KAZoART de lever 600.000 € en moins de quatre mois. La plateforme de vente d’art en ligne, créée à Paris en 2015, est venue s’installer à Bordeaux un an plus tard à l’initiative de sa fondatrice et directrice générale, Mathilde Le Roy. Accompagnée à son arrivée par Héméra, elle a déjà levé 300.000 € en 2016 auprès de business angels tels qu’Arts et métier Business Angels  et de Bpifrance.

Ces nouveaux fonds donnent de la visibilité à KAZoART qui, trois ans après son lancement, a réussi à se faire une place sur le marché en ligne de la vente directe d’œuvres entre artistes et amateurs d’art. L’entreprise emploie désormais 6 personnes pour « un chiffre d’affaires qui a triplé chaque année pour atteindre quelques centaines de milliers d’euros en 2017 », confie Mathilde Le Roy. La dirigeante espère maintenir un rythme de croissance similaire voire supérieure dans les deux ans qui viennent. Lors de sa création, KAZoART visait un chiffre d’affaires de 5 M€ à l’horizon 2018.

 

La jeune pousse de court-voiturage Citygoo lève 800.000 euros

La jeune pousse de covoiturage instantané Citygoo a annoncé avoir levé 800.000 euros auprès de 7 investisseurs.

Cette levée de fonds de 800.000 – auprès notamment de Day One Entrepreneurs & Partners, le Club Invest Ile-de-France, le Groupe Invetessor ou encore le club des Business Angels des Grandes Ecoles – est donc « une levée intermédiaire, pour conforter les excellents résultats obtenus à date et enclencher une levée de 5 à 10 M€ auprès de fonds d’investissement fin 2018 », explique la jeune pousse.

L’application Citygoo a été développée par Patrick Robinson Clough et Eric Feuerstein en 2014. Elle utilise un système de « matching » ainsi qu’un algorithme d’intelligence artificielle qui anticipe les déplacements des utilisateurs.

Spartan lève 1 million d’euros pour s’attaquer au marché américain

La start-up Spartan, qui a conçu un boxer pour se protéger des ondes dégagées par les téléphones et le WiFi, a bouclé un tour de table d’un million d’euros. L’opération se décompose en deux parties.

D’un côté, Bpifrance, l’accélérateur francilien Wilco (ex-Scientipôle) ainsi que des business angels issus des réseaux de l’ESCP, de l’INSEAD et de HEC Paris, mais dont l’identité n’a pas été dévoilée, sont entrés au capital de Spartan. De l’autre, le grand public a pu complété l’opération via la plateforme de crowdfunding Sowefund. Ce n’est pas la première fois que la start-up se tourne vers le financement participatif pour récolter des fonds. En janvier 2016, elle avait ainsi réalisé une campagne de crowdfunding pour lancer une première production de ses boxers. Par ailleurs, la société avait bouclé un tour de table de 500 000 euros sur Sowefund en juillet dernier.

Ce financement doit permettre à Spartan de poursuivre son accélération à l’international. Annoncé l’an passé, le bureau américain de la start-up est sur le point d’être opérationnel à New York. Dans le même temps, la société a l’intention d’étendre sa gamme de boxers anti-ondes en lançant de nouvelles collections et en intégrant de nouvelles innovations. Pour appuyer son développement, Spartan va renforcer ses effectifs d’ici fin 2018.

 

MELIES Business Angels met en place un Webinar mensuel

Le comité de pilotage de MELIES Business Angels souhaite impliquer plus souvent l’ensemble de sa communauté de Business Angels dans les étapes clés concernant les projets. MELIES Business Angels a donc mis en place un Webinar mensuel en utilisant la plateforme Euroquity de BPI France qui a été mise à disposition par France Angels à ses réseaux membres.

France Angels et Bpifrance coopèrent depuis 2008 au développement d’un service de mise en relation entre les entreprises et les acteurs de leur environnement nommée EuroQuity. Ce service a vocation à être utilisé par les réseaux et les membres de France Angels pour identifier leurs futurs membres, leurs futurs investissements, accompagner la croissance des sociétés françaises et permettre aux Business Angels de développer leurs activités auprès d’un écosystème structuré.

La nouvelle version du service développée à partir de décembre 2015 permet de renforcer le partenariat entre Bpifrance et France Angels et de co-construire ses prochaines évolutions. Cette approche sera étendue à partir de janvier 2017 à l’ensemble des pays européens, via le projet ESIL, mené par Business Angels Europe auquel Bpifrance et France Angels sont associés. L’ensemble des réseaux membres de France Angels ainsi que les « labels » associés sont aujourd’hui répertoriés sur EuroQuity et membres de la « communauté » France Angels.

Chaque réseau de Business Angels a donc deux pages : une page « réseau », vitrine de l’association, et une page « label », pour labelliser les participations.

Cet outil dynamique, collaboratif et opérationnel permet entre autre l’organisation de séances de pitch en ligne disponible aux membres du réseau ne pouvant pas se déplacer en salle, leur permettant ainsi de participer à distance à l’étude des projets présentés par leur réseau.

 

 

ContentSquare boucle une levée de fonds à 42 millions de dollars

ContentSquare, la plateforme française d’optimisation de l’expérience digitale, a annoncé avoir bouclé aujourd’hui une levée de fonds de 42 millions de dollars avec Canaan, une société américaine de capital-risque reconnue pour ses remarquables investissements auprès de LendingClub, Ebates et Match.com.

Cette pépite accompagnée notamment par le réseau de Business Angels Seed4Soft entend utiliser ce financement dans le but de développer ses activités aux États-Unis et en Europe.

ContentSquare recense et analyse « des milliards de mouvements tactiles et de souris chaque jour« . Son logiciel commercialisé en mode SaaS (software as a service), doté d’une interface pour visualiser et analyser les données, permet à ses clients d’augmenter l’engagement sur Internet, au téléphone et sur les applications, de réduire les coûts opérationnels et de maximiser les taux de conversion. Les données sont disponibles pour les équipes en charge du contenu, du e-commerce, de l’analytique, de l’acquisition, de l’informatique et de l’expérience utilisateur.

La start-up emploie 200 personnes et revendique 200 clients, la moitié en France, le reste surtout aux États-Unis et en Europe. Parmi eux figurent Carrefour, Walmart, Tiffany’s, Goldman Sachs, Orange, Voyages SNCF, AccorHotels ou encore L’Occitane. Essentiellement des acteurs du retail, de la distribution et du luxe, bien que ContentSquare lorgne aussi vers de nombreux acteurs secteurs, à commencer par la banque.

Depuis le début de l’aventure, ContentSquare mise sur l’innovation. La société a récemment doté sa plateforme d’un module de recommandations automatiques grâce à l’Intelligence Artificielle. ContentSquare est aussi le premier éditeur à libérer les équipes des configurations fastidieuses pour suivre l’activité des sites. Grâce à Auto-Zone, chaque élément d’un site est automatiquement détecté afin d’offrir rapidement aux équipes digitales des données sur la performance des expériences proposées aux utilisateurs.

 

Femme Business Angels a investi 1,5 million d’euros en 2017

Le premier réseau de femme Business Angels d’Europe affiche un bilan 2017 très positif avec 1,5 million d’euros investis dans 25 start-up innovantes. 

25 start-up innovantes, issues de tous secteurs d’activité et de différentes régions de France – notamment la région Auvergne-Rhône Alpes où FBA a ouvert récemment une antenne – ont été financées et bénéficient de l’expertise et du soutien des 150 investisseuses membres du réseau. Pour 5 d’entre elles il s’agissait de refinancement, ce qui souligne la volonté d’accompagnement sur la durée dont fait preuve le réseau.

Pour compléter cette action en direction des start-up, FBA s’est engagé fortement dans la promotion de l’investissement féminin dans l’économie réelle en créant en 2017 le premier forum de l’investissement au féminin WINDAY et en participant à un programme d’actions initié par l’Union européenne. La deuxième édition de WINDAY est prévue à Paris le 11 octobre 2018 avec un volet européen.

 

Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse ici

 

 

 

 

 

 

Cession réussie du Laboratoire Nutrivercell

 

De nombreux  Business Angels des réseaux de France Angels (dont Angels Santé, Business Angels des Grandes Ecoles, Finance Innovation, Paris Business Angels) ont investi dans la société Nutrivercell, start-up du domaine de la santé, aux cotés de Scientipôle Capital Ile de France. Ce laboratoire créé en 2009 a été cédé en 2017, Plusieurs Business Angels l’ont accompagné tout au long de ces huit années.

Nutrivercell  a innové dans la conception et le développement d’associations synergiques de compléments alimentaires. En quelques années, son produit phare, Duab, est devenu un leader de son marché : les infections urinaires.

La société a été cédée à la société Cosmos, afin de poursuivre son développement s’appuyant sur les travaux scientifiques de l’INSERM de Nimes et de l’Université de Bordeaux développant des approches thérapeutiques modernes et innovantes.

 

Chantal Didelot, membre du CA d’Angels Santé qui avait pris dès 2016 la Présidence de Nutrivercell a déclaré: “ La cession du laboratoire Nutrivercell, qui s’est réalisée à une valorisation de près de trois fois le CA, a permis aux investisseurs une sortie réussie, notamment pour les fondateurs et les 1ers investisseurs.”

 

Pierre-Emmanuel Aubert, co-fondateur d’Angels Sante et du laboratoire Nutrivercell, VP de France Angels, a déclaré: « Angels Sante, réseau d’entrepreneurs et d’investisseurs a été en 1ère ligne dans l’accompagnement de cette start-up en contribuant à sa création, en étant actif dans son développement et son management, puis en accompagnant la cession du laboratoire Nutrivercell avec succès. Les Business Angels ont su, avec leurs partenaires et les excellents prestataires de la société, dont le groupe GTF, investir et surtout accompagner cette pépite de A à Z. »

 

 

Michel Pradille, nouveau Président de Capitole Angels

Michel Pradille a été nommé président de Capitole Angel. A l’âge de 56 ans ce consultant en développement de PME diplômé de l’Insa succède à Alain Delecroix. Le vice-président est Dominique Jacquot, actuellement Key Account Manager chez Ineos.

Pour Michel Pradille, cette double présidence « nous permettra d’être plus actifs et réactifs, de mutualiser nos idées et nos actions ». Les nouveaux dirigeants de Capitole Angels souhaitent en effet lui faire passer la barre des 100 investisseurs et continuer à attirer de nouvelles start-up.

Au cours des trois dernières années, Capitole Angels a développé des partenariats privés pour créer autour de l’association un pool d’accompagnement exclusif composé de spécialistes.Il s’est vu labellisé par Angel Source (doublement des capacités d’investissement pour les levées de fonds de 500.000 euros et plus) et a crée un évènement devenu un rendez-vous annuel « Les Lauréats ».Ces derniers récompensent chaque année les meilleures start-ups financées.

L’objectif pour les trois prochaines années est de renforcer sa présence sur le territoire régional grâce au partenariat sigfné debut 2016 avec son homologue montpelliérain Meliès Business Angels qui a débouché sur la création d’Occitanie Angels

Angels Open Deals !

Bpifrance en collaboration avec la Fédération des réseaux de Business Angels présente les Angels Open Deals.

EuroQuity met son expertise de mise en relation au service des réseaux de Business Angels.

Les Angels Open Deals sont une occasion unique pour les Business Angels d’accompagner le développement de leur entreprise en la présentant devant les acteurs principaux de l’investissement.

Son objectif est le soutien au développement d’entreprises innovantes à fort potentiel de croissance et d’assurer leur financement.

Chaque Business Angel a la possibilité lors de cet évènement de présenter une entreprise qu’il a accompagnée. Cette dernière sera ensuite inviter à ePitcher devant un parterre d’investisseurs afin de trouver les fonds nécessaire à son expansion.

L’ePitch se déroule en visio-conférence afin de permettre à un maximum d’entrepreneurs et de Business Angels de participer. C’est l’occasion de rencontrer des acteurs variés répartis sur l’ensemble du territoire national sans déplacement et de préparer sa sortie au contact des principaux fonds d’investissement.

Une fois présent dans le réseau Bpifrance c’est également une occasion unique de bénéficier d’une communauté sur EuroQuity qui apporte soutien méthodologique et formations aux Business Angels, et organise l’accompagnement de ces jeunes entreprises.

Date : 12 Février 2018 – 17h

Plus de dates à venir, n’hésitez pas à nous contacter pour des entreprises qui souhaiteraient participer à cet évènement pour une échéance plus lointaine.

Contact et transmission des dossiers : stephane.bisconte@bpifrance.frgregoire.canerchabran@bpifrance.fr

TechInnov 2018 : Les start-up mises à l’honneur !

Le jeudi 8 février 2017 se tiendra à Orly la 12ème édition de TechInnov organisé par la CCI Essonne et ses partenaires. Avec plus de 2000 participants TechInnov est l’événement Business dédié à l’innovation le plus important de France.

Parmi les nouveautés pour l’édition 2018 on retrouvera : deux nouveaux villages thématiques « Supply Chain» et « Start up», et trois nouvelles conventions d’affaire  « Automotive », « Digital Marketing » et « Digital Manufacturing »

Start-up Challenge :

Après le succès de la 1ère édition, le Start-up challenge revient sur Techinnov afin de permettre à de jeunes sociétés et PME innovantes de se faire connaître auprès de grands industriels et d’investisseurs en capital. Cette année les 4 catégories sont : le luxe, Deeptech, loT, et Automotive.

30 start-up seront sélectionnées et pitcheront devant un public constitué de représentants de grandes entreprises (directeur innovation, R&T, R&D, open innovation, responsables des partenariats, du développement, corporate venture, etc.) et d’investisseurs.

Toutes les infos sur Techinnov et le start-up challenge sur www.techinnov.events

 

Lancement du Club des Entreprises Investies par les Business Angels

L’ambition clairement affichée par la Fédération est de mettre à disposition des services et des expertises auprès du plus grand nombre d’entreprises financées afin de les accompagner dans leurs problématiques de développement : internationalisation, recherche de fonds, connexions entre entreprises, notes de conjonctures, offres dédiées,…

Vous êtes accompagnés par des Business Angels ?

N’attendez plus, et faites-vous labéliser auprès de notre communauté sur Euroquity (service mis en place en partenariat avec Bpifrance) .

N’hésitez pas également à faire une demande de labélisation auprès du ou des réseaux de Business Angels dont sont issus vos investisseurs !!!

 

Un premier service à destination de ces entreprises !

Outre l’appartenance à une communauté qualifiées, France Angels donne la possibilité aux entreprises en recherche de fonds pour soutenir leur croissance, de se présenter auprès de fonds d’investissements et autres corporates préalablement sélectionnés : l’Angels Open Deals.

 

Comment utiliser ce service ? : Après une brève présentation de votre part la société sélectionnée est invitée à pitcher. Cet événement se déroule en visio-conférence afin de permettre à un maximum d’investisseurs et de Business Angels de participer.

 

Que faire maintenant ?

Le prochain Angels Open Deals est le 12 Février 2018.

Nous contacter et nous envoyez le contact d’une ou plusieurs sociétés en levée de fonds accompagnées par son Business Angels de référence.

 

Contacts : stephane.bisconte@bpifrance.fr, pe.menet@bpifrance.fr

5 places disponibles pour chaque Angel Open Deals

 

Nous reviendrons prochainement vers vous afin de vous présenter les autres services du club et événements associés pour vous accompagner dans votre développement.

Mer Angels : Rejoignez-nous !

En partenariat avec BNP Paribas Banque Privée, Mer Angels le nouveau réseau d’investisseurs et d’entrepreneurs passionnés par l’économie maritime sous toutes ses facettes a participé au salon Nautic pour son lancement officiel le vendredi 8 décembre 2017 lors des Nautic Innovation Awards.

Au cours de cette soirée, des invités de renom ont pris la parole pour soutenir cette initiative, dont Béatrice Belorgey, Directeur de BNP Paribas Banque Privée, Francis Vallat, Fondateur du Cluster Maritime Français mais aussi de grands navigateurs : Catherine Chabaud, Alain Gautier ou encore Jean-Pierre Dick qui ont illustré cette double compétence de marin et d’entrepreneur.

Les startups Geps Techno, Iadys, Skippair et Nau sont également venues présenter leurs services et produits innovants. Mer Angels apportera notamment à Inflated Wing Sails, vainqueur de la catégorie startup des Nautic Innovation Awards un accompagnement et un suivi privilégié tout au long de sa phase d’amorçage.

 

 

L’ambition de Mer Angels est de promouvoir et supporter l’éclosion, l’essor puis l’expansion d‘entreprises innovantes et de rassembler investisseurs et entrepreneurs autour de cette passion commune du secteur maritime. A travers l’accompagnement de ces pépites innovantes qui réinventent la mer, Mer Angels a pour valeurs le soutien et le développement de l’économie maritime.

 

Rejoignez le réseau d’entrepreneurs, d’entreprises, d’investisseurs privés et de Business Angels experts passionnés par la mer et l’économie maritime sous toutes ses facettes.

 « Mer Angels, c’est une belle histoire, nous dit Francis Vallat, fondateur du Cluster Maritime Français! Ce lancement au Nautic est la 1ère étape d’une longue aventure. Accompagner les startups innovantes et leur apporter le financement nécessaire est le challenge de demain. Investissez dans ces jeunes pousses! « 

 

 

En savoir plus sur Mer Angels

 

Les Business Angels sont des individus qui investissent leur propre argent dans le capital d’entreprises à fort potentiel de croissance et qui mettent gratuitement à disposition de l’entrepreneur leurs compétences, leur expérience et leurs réseaux relationnels afin de tout mettre en œuvre pour réussir. En 2016, 42,7M€ ont été investis par les réseaux de Business Angels au travers de 415 opérations de financement, permettant ainsi la création ou le maintien de 3 000 emplois en France.

Grand Rendez-vous de l’investissement productif

France Angels était présent le 22 Janvier à l’Assemblée Nationale pour le Grand Rendez-vous de l’investissement productif.

A l’initiative d’Amélie de Montchalin chef de file des députés LREM à la commission des Finance, cet événement inédit avait pour but de susciter des idées pour mieux accompagner les PME. Étaient conviés les lobbys des assureurs, des banques et des épargnants.

Tanguy de La Fouchardière Président de France Angels a pris la parole sur la thématique des initiatives locales d’investissement, il a notamment mis en exergue l’importance du rôle des Business Angels dans la création et l’accompagnement des PME et la nécessité d’encourager ces acteurs de l’écosystème à continuer d’investir par une fiscalité avantageant la prise de risque

Vous pouvez retrouver en video l’intervention de Tanguy de La Fouchardière sur ce lien dans la thématique : Initiatives locales et territoriales 

Le planning de janvier de XMP Entrepreneur !

Retrouvez ici les prochains rendez-vous de XMP Entrepreneur, membre professionnel associé de France Angels !

Lire la suite

Savoie Mont-Blanc Angels : retour sur une semaine riche en événements

Du 27 novembre au 1er décembre c’était la semaine des Business Angels, une opération dont l’objectif est de faire mieux connaître l’activité des Business Angels en France et le fonctionnement des réseaux de Business Angels.

Lire la suite

Alumni Business Angels « Investir dans l’innovation, pourquoi pas vous ? »

Business angels : porter les entrepreneurs le plus loin possible et contribuer

à leur émergence

Lire la suite

Que nous réserve le CES 2018 ?

La première étape de l’année technologique 2018 sera le Consumer Electronics Show de Las Vegas du 9 au 12 janvier prochain. En prélude à cet événement, l’organisateur Gary Sharipo s’était rendu à Amster-dam pour nous dévoiler les principales nouveautés.

Le patron du CES a profité de sa tournée en Europe pour s’arrêter à Amsterdam et féliciter surtout les start-up néerlandaises, dont la moitié survit après 5 ans. Mais il s’est également réjoui de voir que plus d’un millier de Néerlandais (dont une trentaine d’exposants) fait le déplacement à Las Vegas et de constater que les Pays-Bas sont un haut-lieu de la technologie. Bien qu’il s’agissait d’un prebriefing de presse européen pour le CES, ce sont surtout nos voisins bataves qui ont été mis à l’honneur. Précisons en effet que les Belges sont également les bienvenus.

Cette année, le CES s’intéressera surtout à la 5G, à la robotique, à l’intelligence artificielle, à la reconnaissance vocale, à la réalité virtuelle et augmentée, ainsi qu’aux villes intelligentes et à la rupture technologique. Avec notamment un discours de Brian Krzanich, CEO d’Intel, et de Richard Yu, responsable du Consumer Business Group de Huawei.

Bref, Shapiro évoque l’ensemble des thèmes technologiques les plus en vogue actuellement. Pas de grande surprise donc mais un tour l’horizon complet des évolutions actuelles. Malheureusement, il s’agissait là aussi du seul message transmis. En d’autres termes, une invitation à visiter le salon. Un salon dont les stands sont complets depuis des mois déjà. Même si Shapiro ne veut chasser personne. « Il se peut qu’il y ait des annulations de dernière minute. Dès lors, si vous êtes sur place et que vous êtes flexible, il se peut que vous puissiez trouver de la place. » Et Shapiro d’ajouter dans la foulée que CTA (l’organisateur du CES) met sur pied d’autres événements, comme CES Asia du 13 au 15 octobre prochain.

Evénement ‘vert’

Dans la suite de sa présentation, Shapiro a dévoilé peu d’informations intéressantes. Allant même jusqu’à affirmer que le CES était bon pour l’environnement. « Le CES est un événement écologique. En moyenne, chaque visiteur a 35 rendez-vous. S’il fallait organiser des voyages pour chaque rencontre individuelle, les émissions de CO2 seraient nettement supérieures. » Ce faisant, Sharipo est parvenu à assimiler un voyage en avion de 11 h pour Las Vegas à un geste écologique. Nous sommes curieux de voir si le salon s’intéressera cette année aux solutions de visioconférence…

CES en chiffres

700.000 de produits lancés depuis la première édition de 1967

un tiers des entreprises ne sont pas américaines

+ de 4.000 exposants

184.279 visiteurs en 2017

Appel à candidature – DataCity Paris

DataCity Paris est un programme d’innovation co-organisé avec la Ville de Paris qui rassemble la municipalité, des grands groupes et des startups comme la vôtre pour inventer ensemble ville de demain à l’aide des données urbaines.

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑