Des vernis invisibles qui protègent les verres des lunettes contre la buée, les salissures et les rayures, c’est ce que sait entre autres concevoir et fabriquer Polyrise.


La société Polyrise, à Pessac (Gironde), créée en 2006 par les chimistes bordelais Vincent Gaud (président) et Fabien Rougé (directeur général), spécialisée dans la conception et la fabrication de vernis techniques qui permettent d’éviter toute salissure, rayure ou buée aux optiques notamment en polymère, annonce une levée de fonds de 700.000 euros pour accélérer sa croissance et son développement industriel.

Cette opération en capital est appuyée par l’Agence de développement industriel (ADI) Nouvelle-Aquitaine. Elle a été réalisée auprès d’un pool de cinq réseaux de business angels , composé de Finaqui, Adour Business Angels, Limousin Business Angels, Synergence, Capitole Angels, auquel se sont joints les fonds d’investissement Dynalim et Expanso, banque de développement régional filiale de la Caisse d’épargne Aquitaine Poitou Charentes (CEAPC).

11 années de développement
« Cette levée de fonds vient encourager une démarche d’innovation technologique de longue haleine à laquelle peu ont cru lorsque nous avons lancé cette activité au sein de l’école de chimie en 2006. Notre croissance est un motif de satisfaction pour nous et pour ceux qui nous ont soutenu depuis 11 ans, comme le Conseil régional et Bpifrance, par du financement et de l’accompagnement, via ADI Nouvelle-Aquitaine », précise Vincent Gaud. Polyrise a développé en particulier deux gammes de vernis optiques brevetés (Viewrise et Hardrise) destinés à l’industrie. Ces vernis, qui utilisent des propriétés physiques liées à l’espace nanométrique, révolutionnent aussi les méthodes d’application des enrobages en couche mince par voie liquide. Au final les vernis techniques de Polyrise sont complètement invisibles et s’appliquent désormais aux plastiques transparents, mais aussi aux verres et aux métaux par le biais de techniques très classiques, qu’il s’agisse de spray ou de trempage.

De l’horlogerie aux écrans domotiques
Ces vernis antireflet et antirayure sont en phase avec les nouvelles attentes des industriels de l’éclairage, de la fabrication d’écrans domotiques, de l’horlogerie de luxe, du bâtiment et de l’énergie solaire. Si Polyrise, qui a toujours un pied dans la plateforme Chem’Innov de l’ENSCBP (Ecole nationale supérieure de chimie, de biologie et
de physique), vend surtout à l’étranger, cette entreprise innovante compte bien renforcer sa position de leader sur le marché international des vernis techniques, développer son activité commerciale, ainsi que ses capacités de prototypage et de production. Polyrise dispose aussi à Pessac d’un site de production où est réalisé le dépôt des vernis en série pour les clients qui n’ont pas l’équipement nécessaire.

Publicités