La start-up Displayce a bouclé son premier tour de table, à hauteur de 850.000 €. La jeune entreprise fondée par Laure Malergue entend prendre des positions fortes sur le marché, naissant en France, de la publicité sur écrans digitaux.

Poussant une solution très innovante permettant des campagnes contextualisées et facilement exécutables, Displayce va également recruter 5 personnes d’ici la fin de l’année.

Ce premier tour de table a été bouclé auprès de 3 fonds, 3A Venture, Boss Corp et l’association de Business Angels Finaqui. Bpifrance, Aquitaine Amorçage et le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine complètent l’opération menée à bien par Displayce, fondée en novembre 2014 et soutenue depuis par Bordeaux Unitec et l’Agence de développement et d’innovation de Nouvelle-Aquitaine.

La startup, installée pour l’heure à l’Ecole nationale supérieure de cognitique à Talence près de Bordeaux, rejoindra en début d’année les locaux du Village by CA du Crédit agricole Aquitaine. Elle a en effet été choisie par la banque et fera partie de la première promotion de 12 jeunes pousses qui bénéficieront de ses services d’accélération. Displayce se positionne sur un marché plein de promesses : l’affichage digital, autrement appelé Digital out of home (DOOH). Dans la rue, au bord des routes, dans les centres commerciaux… Un peu partout, les mobiliers digitaux fleurissent, permettant à travers ces écrans de toucher une cible en mouvement, comme le mobile et la radio. Ce média émergent autorise également des campagnes de publicité innovantes. Mais il peine à sortir du marché de niche.

« La France connaît un retard relatif avec seulement 8 % des revenus publicitaires de l’affichage issu du digital contre 31 % en Grande-Bretagne et 40,8 % aux États-Unis, indique la startup. Mais le secteur français connaît une progression de 25 % chaque année et devrait atteindre les 223 millions d’euros en 2018, contre 93 millions actuellement. »

Une transformation digitale de l’affichage encore en cours

Excellente connaisseuse du monde de la publicité après 8 ans chez Cdiscount dans l’achat média puis le business développement, Laure Malergue observe « la multiplication des panneaux d’affichage digitaux. Mais la façon d’acheter des campagnes diffusées par ces panneaux n’a pas changé : par packs, avec 15 jours d’avance… On achète du digital comme on achète du papier. » Displayce a donc mis en place une plateforme programmatique qui permet de toucher potentiellement 21 millions de personnes via un inventaire de 28.600 panneaux digitaux, soit la moitié du parc français. Se définissant comme une marketplace, la startup mise sur deux leviers : la contextualisation et l’automatisation. A ce jour une dizaine de réseaux d’affichage ont confié la commercialisation en programmatique de leur inventaire de panneaux à Displayce.

« Grâce aux coordonnées GPS des panneaux digitaux et aux données, et notamment des données libres (open data), nous pouvons proposer des ciblages plus intelligents tout en facilitant l’achat via l’automatisation, précise Laure Malergue. Nous avons par exemple travaillé avec Accor qui voulait afficher un message contextualisé sur tous les écrans digitaux situés à moins de 5 km de ses 268 hôtels. Il est possible de cibler au panneau près dans une zone très précise. C’est de la haute couture, mais industrialisée. »

L’outil s’avère par exemple très utile pour un magasin dont la fréquentation connaît un coup de mou temporaire et qui veut la relancer en touchant largement une clientèle potentielle passant à proximité.

Laure Malergue, associée dans l’aventure Displayce avec une autre ancienne de Cdiscount passée ensuite par ConcoursMania, Marie Gaestel, compte désormais capitaliser sur cette levée de fonds pour pousser plus loin la R&D sur la plateforme et structurer l’équipe en recrutant 5 personnes d’ici début 2017, s’ajoutant aux 7 éléments déjà présents. Le 3e objectif est d’acquérir davantage de données pour affiner le ciblage intelligent. Comme pour toute startup, l’enjeu pour Displayce sera d’aller vite dans son développement. Laure Malergue prévoit une 2e levée de fonds au début de l’année 2018 pour attaquer les marchés internationaux.

Publicités