Le mois d’avril 2016 est une date importante pour la Fédération : France Angels fête ses 15 ans d’existence. Un temps très court à l’échelle de l’humanité, et pourtant ces quelques années ont permis la mise en place et le développement des Business Angels en France. Que de chemin parcouru ! Les Business Angels, il y a 15 ans méconnus de l’écosystème et souvent d’eux-mêmes, sont aujourd’hui reconnus comme des acteurs majeurs du financement des jeunes entreprises innovantes en phase de création.

L’écosystème entrepreneurial, en pleine mutation, est favorable aux Business Angels, comme le montre le dernier baromètre publié par le Syntec Numérique : les startups plébiscitent les Business Angels au tour de table pour leur accompagnement et leurs actions. D’années en années, de nouvelles opportunités de financement sont apparues pour les jeunes pousses françaises : fonds d’amorçage, financement participatif,… Loin de percevoir ces acteurs comme des concurrents, nos collaborations sont des éléments moteurs de notre activité. L’effet d’entraînement qui multiplie par 3 les montants levés par les entreprises accompagnées par les Business Angels en 2015 prouve une fois de plus que les Business Angels sont devenus une référence du private equity : leur présence rassure et entraîne. Le repositionnement stratégique de France Angels opéré ces derniers mois porte ses fruits : notre visibilité auprès du grand public et des institutionnels est accrue, tout comme notre poids dans l’économie réelle. Nous travaillons jour après jour à la professionnalisation de notre activité et à une meilleure visibilité de notre rôle.

Mais nous ne devons pas nous satisfaire de l’existant. Nous devons préparer l’avenir, avec une ambition très forte. Douze mois nous séparent des prochaines élections présidentielles. Nous allons dès maintenant prendre contact avec les candidats déclarés afin de leur présenter nos propositions. Nous travaillons à ce que les prochains gouvernants lèvent les barrières à l’investissement de proximité, valeur directement injectée dans l’économie réelle, et non dans une rente qui ne produit pas de richesse.

Très sincèrement,

Tanguy de La Fouchardière
Président de France Angels

Publicités